Les acteurs guyanais apportent leur contribution à la plateforme de revendications

Dans le cadre du mouvement social que connaît actuellement la Guyane, a été constitué le Collectif «POU LA GWIYANN DEKOLE», représentant tous les secteurs mobilisés, des personnes de la société civile qui craignent pour leur sécurité, leur santé, leur logement, leur foncier, des professionnels de la santé, de la justice, de l’éducation, des socioprofessionnels issus de différentes filières comme le transport, l’agriculture, la pêche, l’aurifère, les services, le commerce, l’industrie, les artisans.

Le Collectif a pour ambition de recenser et proposer des solutions à court, moyen et long terme afin de sortir d’une crise sans précédent sur notre territoire. Les revendications de tous les secteurs sont accessibles sur le site Internet du collectif.

De nombreux acteurs majeurs de l’Éducation et Promotion de la Santé du territoire se sont exprimés et ont voulu contribuer à l’expression des revendications « Pour que la Guyane décolle ! ».

La Conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA)

caroussel_crsaLa CRSA rappelle son action continue en tant qu’acteur de la démocratie sanitaire.

« […] Depuis sa première installation la CRSA a mené nombre de travaux qui ont présidé à la transmission d’avis et à l’édiction de recommandations qui ont fait l’objet d’une communication la plus large et été adressées à toutes les instances qu’elles soient locales ou nationales. J’ai même eu à les présenter à la Conférence Nationale de Santé qui a eu l’occasion de relayer certaines d’entre elles auprès des plus hautes autorités de la République […].
Aujourd’hui, force est de constater que le gouvernement comme les précédents, a une connaissance exacte et parfaite de la situation sanitaire de la Guyane. Le gouvernement comme les précédents connait précisément les mesures à prendre pour permettre à tous les Guyanais d’avoir accès à un parcours de santé et de soins sans discrimination. Qu’est-ce qui justifie un tel silence ? Qu’est-ce qui justifie l’inadéquation et l’insuffisance constantes des mesures couramment adoptées, mesures qui s’apparentent plutôt à « un cautère sur une jambe de bois » ? […] ».  Extrait de la lettre de Monsieur Yves BHAGOOA, Président de la CRSA – Représentant à la CNS adressé le 26 mars 2017 à Monsieur le Directeur Général Adjoint de l’Agence Régionale de Santé de la Guyane, faisant suite à la demande de rencontre de la délégation interministérielle. Voir l’intégralité de la lettre.

La CRSA contribue par ailleurs à la plateforme de revendications en communiquant divers travaux effectués depuis 2012 :

Guyane Promo Santé – IREPS de Guyane, animateur du Pôle Régional de Compétences

GPS souscrit aux recommandations émises par la CRSA dont elle est membre et envoie un communiqué à la plateforme de revendications présentant ses propositions pour l’Éducation et la Promotion de la Santé en Guyane,  dont trois à transmettre dans les négociations avec les ministres :

  • Financer des programmes de renforcement des compétences psychosociales pour tout le territoire guyanais afin de lutter contre la délinquance, l’échec scolaire, la violence et s’assurer de l’application du parcours santé de l’élève dans les établissements scolaires
  • Simplifier les démarches d’accès aux droits santé par l’adaptation des services, l’automatisation des renouvellements, le développement de guichets uniques et de passerelles entre administrations, etc. (cf. « L’accès aux soins des plus démunis : 40 propositions pour un choc de solidarité », Aline Archambaud)
  • Reconnaître juridiquement le statut de médiateur social et culturel dans le domaine de la santé pour favoriser les recrutements dans les établissements de santé et les relations entre les usagers du système de santé et les institutions.

Le Collectif des médecins de Guyane

L’ensemble des médecins du territoire guyanais s’indigne par la réponse du gouvernement faite à leurs revendications. Dans une lettre ouverte, ils réaffirment que la Guyane se trouve dans un état d’une urgence sanitaire et que cette situation n’est plus acceptable.
 » Monsieur le Premier Ministre, nous vous invitons à revoir vos propositions, en regard de nos revendications.
Monsieur le Premier Ministre, si vous estimez que notre requête est illégitime, nous vous invitons à venir vous faire soigner chez nous, en Guyane Française, département de la République. »
Extrait de la Lettre ouverte des médecins de Guyane au Premier Ministre.
Les Peuples Autochtones de GuyaneFOAG

Le Conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinenguées (CCPAB), la Fédération des Organisations autochtones de Guyane (FOAG) et l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG) s’associent pour déposer les revendications des peuples autochtones.

anowiopo-maripasoulaLe Collectif LAWA de Maripasoula, Grand Santi et Papaïchton

Les habitants du Maroni réunis en collectifs, A NO WI OPO à Maripasoula, SOUS LE FROMAGER à Papaichton et U WELI à Grand Santi, se sont rencontrés et ont établi une plateforme de revendications communes. Cette plateforme est le fruit de ces réflexions collectives menées sur une table ouverte où les personnes avaient la possibilité de s’exprimer dans l’objectif de rendre attractif leur territoire. Consultez la Plateforme de revendication habitants du Maroni 31 mars 2017.

Le maire et le Collectif des oubliés de CAMOPI

Dans un communiqué commun, le collectif et le maire se rallient au mouvement de mécontentement des guyanais et dénoncent l’absence de projet pour la Guyane et leur commune en particulier. Ils expriment leurs revendications sur le plan social et humain, par rapport aux lenteurs administratives, en matière de santé et d’éducation, par rapport à leur isolement…

La Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Guyane (CRESS)

CRESSLa CRESS apporte son soutien au mouvement en cours et rappelle que les acteurs de l’économie sociale et solidaire guyanaise n’échappent pas aux difficultés structurelles soulignées par les organisations socio-professionnelles.

La CRESS, en tant qu’organisation représentative de l’ESS sur le territoire, adresse 5 recommandations fortes et concrètes pour assurer le développement de l’ESS en Guyane. Portant sur des thématiques propres à l’ensemble des structures de l’ESS (emploi, financement, mutualisation de locaux…), elles appellent à des réponses concrètes qui doivent être entendues par L’État.

Pour la plupart, ces recommandations s’appuient sur les propositions déjà formulées dans le document de contribution élaboré par la CRESS au schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) en octobre dernier.

Le Collectif Guyanes Environnement

Des organisations locales d’éducation à l’environnement, acteurs de l’économie sociale et solidaire et de la protection de la nature, réunis sous forme de collectif souhaitent relayer les points suivants, dans le cadre du mouvement historique animant actuellement la Guyane.

Le collectif a publié une première synthèse de réflexions portant sur l’économie sociale et solidaire, l’éducation à l’environnement et sa préservation. Cette réflexion s’articule autour de deux axes majeurs : Un nécessaire consensus pour l’avenir de l’Amazonie guyanaise et Une vision du développement à construire, par et pour la Guyane.

Le Collectif « Or de Question »

logo_ordequestionDans un communiqué, le Collectif « Or de Question » déclare soutenir solidairement les mouvements citoyens et populaires qui ont lieu actuellement en Guyane.
Le Collectif réclame que l’État donne les moyens à la Guyane de se développer par des secteurs innovants et porteurs d’avenir pour la jeunesse. Ce développement endogène et durable permettra la création d’emplois valorisants, à forte valeur ajoutée, sur un modèle de croissance verte et bleue, notamment par l’agriculture soutenable et les énergies renouvelables.
Ses luttes poursuivent le même objectif que tous les collectifs et l’ensemble de la population mobilisés aujourd’hui pour une Guyane nouvelle, épanouie, heureuse et garantissant l’avenir de ses enfants.

Collectif citoyen opposé aux projets industriels d’exploitation minière en Guyane. Apolitique et non-violent. Contact : ordequestion@gmail.com – 0694 90 90 73

Le Collectif pour les familles et la jeunesse en danger

Aujourd’hui les droits des familles et des enfants en Guyane sont bafoués et leurs conditions de vie sont trop souvent indignes. Pour rappel, la Guyane présente des caractéristiques socio-démographiques, géographiques uniques et exceptionnelles qui sont ignorées dans l’élaboration des projets de notre territoire.

Les travailleurs médico-sociaux et les professionnels dédiés à la prise en charge des publics vulnérables (en situation de handicap, en très grande précarité, enfants en danger et délinquance juvénile) sont en nombre largement insuffisant. Ils ne sont plus en mesure d’assurer de manière optimale leurs missions de base. Il existe un décalage entre les objectifs à réaliser et les moyens disponibles. Ce qui créé un désarroi, un mal-être chez les professionnels engagés.

Aussi, le collectif des professionnels du secteur social et médico-social de Guyane, demande des moyens financiers pour rattraper notre retard structurel, dans une démarche prospective ainsi que des solutions adaptées aux réalités de notre territoire avec la capacité d’innover et d’expérimenter les articulations entre la prévention et la protection.

Afin de permettre la mise en place d’un véritable plan d’action des politiques sociales spécifiques tenant compte des nombreuses particularités de l’étendue de notre territoire (notamment une couverture nécessaire dans l’Ouest compte tenu de la croissance démographique), le collectif a fait parvenir à la plateforme Collectif famille jeunesse en danger-Revendications.

La Ligue des Droits de l’Homme Guyane

Alors que des mouvements sociaux légitimes s’expriment en Guyane en mars 2017, la section de Cayenne de la Ligue des Droits de l’Homme fait le point sur les droits de l’Homme en Guyane et présente ses revendications.