Présentation du Plan national de santé « Priorité prévention »

Le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn ont lancé lundi 26 mars le Plan national de santé publique « Priorité Prévention ». Vingt cinq mesures-phares de la politique de prévention destinées à accompagner les Français pour rester en bonne santé tout au long de leur vie ont été présentées : elles concrétisent le premier axe de la Stratégie nationale de Santé qui porte l’action du Gouvernement en matière de santé pour les cinq prochaines années.

Ce plan se veut un plan complet qui tient compte de tout ce qui peut avoir une incidence positive ou négative sur l’état de santé de la personne : lutte contre les addictions, éducation, sport, dépistage, vaccination, qualité de l’air et mobilise de nombreux ministères.

Parce que les interventions doivent être les plus précoces possibles et adaptées aux caractéristiques des groupes de population, la priorité donnée à la Prévention se concrétise dans un ensemble d’actions qui prend en considération l’individu et son environnement dans son parcours de vie, pour « rester en bonne santé tout au long de sa vie ».

Au total, les actions de Priorité Prévention devraient représenter un investissement de 400 millions d’euros pour 5 ans.

mesures-phares

Télécharger le Dossier de presse du plan de prévention (pdf 2,49Mo)

La SFSP prend position

Au-delà de la priorité accordée à la prévention, différentes recommandations formulées ces dernières années par la SFSP trouvent dans ces mesures un écho positif.
Cependant la SFSP (Société Française de Santé Publique) rappellent que d’autres interrogations restent toutefois en suspens et que l’agrégation de 25 mesures phares, quelle que soit leur pertinence, ne peut constituer une politique de prévention ou de promotion de la santé cohérente.
« Dans le champ de la prévention et de la promotion de la santé, les questions de la territorialisation de la politique de santé, de la gouvernance aux différents niveaux territoriaux, de la formation et de la reconnaissance des acteurs, de l’articulation des politiques entre elles, de la coordination des acteurs entre eux, des outils de financement retenus, de l’empouvoirement («empowerment») des usagers attendent des réponses. »

Télécharger la Prise de position SFSP