Les présidents de CRSA adressent une lettre ouverte au premier ministre

Les présidents de conférence régionale de la santé et de l’autonomie des régions françaises, dont M. Yves BHAGOOA, Président de la CRSA de la Guyane, adressent au premier ministre, Édouard Philippe, une lettre ouverte. Au moyen de cette lettre, les présidents veulent attirer l’attention du Premier Ministre sur les aspirations et les attentes concrètes des habitants et des professionnels, au-delà de l’action du seul ministère des solidarités et de la santé. Qu’attendent en effet les habitants et les professionnels des régions françaises ?

Ils veulent d’abord de la simplification administrative face à une répartition des compétences et des financements entre l’État, les collectivités territoriales et l’assurance maladie, qui paralyse l’action, et à la multiplication des formalités qui éloigne beaucoup d’habitants d’un légitime accès aux droits et fait peser sur les professionnels une surcharge de travail insupportable.

Ils veulent aussi de la simplification territoriale face à la prolifération des territoires d’actions dont la gouvernance, le fonctionnement et la coordination mobilisent trop de temps et d’énergie.

Les habitants des régions françaises demandent également des mesures rapides pour améliorer les conditions et les délais d’accès aux soins, des prises en charge et des accompagnements. Pas seulement dans les zones rurales plus ou moins isolées, mais aussi dans nombre de quartiers des villes. Pas seulement dans l’Hexagone, mais aussi en Corse et en Outre-mer.

S’ils sont attachés au système de soins français, à sa qualité et à son accessibilité, ils veulent aussi que ce système procure un meilleur accompagnement aux personnes lourdement handicapées ou dépendantes, ainsi qu’à leur entourage.

Pour promouvoir leur santé, au delà des soins, ils veulent une action beaucoup plus volontariste sur les déterminants de santé en amont et en aval des soins, qui prenne en compte l’impact sur leur santé de toute politique publique, nationale ou locale et qui leur donne la capacité et les moyens d’agir sur leur propre environnement, concrètement, au quotidien.

Enfin, les usagers ne veulent plus d’une progression des dépenses restant à leur charge, ou de tarifs des complémentaires santé, qui les pénalisent d’autant plus que leurs revenus sont bas. Il ne s’agit pas seulement des soins dentaires, optiques ou des audioprothèses. Il s’agit également de l’accès aux soins spécialisés, notamment chirurgicaux, de l’accès à l’innovation, ou encore des dépenses restant à la charge des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées en perte d’autonomie.

Sur tous ces aspects, ils demandent des actions concrètes et immédiates.

Communiqué de presse du 27 juin 2017

Télécharger la lettre ouverte adressée au premier ministre : Lettre Ouverte CRSA_PM-22juin2017 (pdf 80ko)

Contact

Monsieur Yves BHAGOOA,
Président de la CRSA de la Guyane
courriel : yves.bhagooa@wanadoo.fr