Regards croisés : Santé et Sciences Humaines en contexte guyanais

logo-LEEISA-cslForte de nombreuses cultures singulières issues d’origines variées, la Guyane est un patchwork interculturel dont la population ne cesse de croitre. Dans ce contexte, les relations au corps physique et à la maladie sont évidemment multiples et la pluralité des itinéraires thérapeutiques est souvent la règle. Dans le domaine de la santé, qu’il s’agisse des professionnels comme des patients, l’acceptation, la connaissance et la compréhension des divers systèmes thérapeutiques sont rares et entrainent de nombreux malentendus, dont découle parfois l’inadéquation de l’offre de soins par rapport aux besoins ressentis.

C’est pourquoi il semble aujourd’hui indispensable de réunir les acteurs des sciences humaines et sociales, des sciences de la nature et de la santé autour d’une même table pour mettre en œuvre une stratégie de décryptage de cette interculturalité et notamment du rapport entre société, cultures et santé, ainsi que pour faciliter la reconnaissance de l’ensemble des savoirs en santé.

Le Laboratoire Ecologie, Evolution, Interactions des Systèmes Amazoniens (LEEISA) et Guyane Promo Santé, en partenariat avec le DFR Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Guyane, ont relevé le pari en initiant le workshop « Regards croisés sur les pratiques de santé en Guyane , états des lieux et perspectives ».

Un groupe d’acteurs variés (professionnels de santé, professionnels de la recherche en sciences humaines et sociales, institutionnels) a participé depuis presque un an à l’élaboration de ces journées, à l’image de ce qu’elles voulaient initier : le partage des savoirs et la co-construction de la recherche en Guyane.

Le workshop qui s’est déroulé les 10 et 11 décembre derniers à l’Université à Cayenne, a permis de mettre en contact les différents acteurs de la recherche autour des questions de la santé en milieu amazonien, abordées au travers les modes de pensées et pratiques culturelles du territoire. Elles avaient pour objectif de dégager des perspectives de recherche et de constituer le point de départ au montage de projets interdisciplinaires dans ces domaines, associant autant que possible recherche fondamentale et recherche/action.

Afin d’enrichir les échanges, des invités ont été associés à l’évènement : Alain Cuerrier (ethnobotaniste, ethnobiologiste, Institut de Recherche en Biologie Végétale, Jardin botanique de Montréal/Université de Montréal), Nicolas Vonarx (anthropologue de la santé, Professeur à l’Université de Laval), Diane Vernon  (anthropologue retraitée du CHOG), André-Anne Parent (anthropologue du travail social, Professeur à l’Université de Montréal), Pierre Champy (pharmacognoste, Professeur à l’Université Paris Sud, Expert ANSM plantes médicinales).

Environ soixante participants, issus du milieu médical, du monde associatif ou universitaire, avec pour point commun un intérêt pour la recherche en sciences sociales ont répondu présents et ont participé aux ateliers proposés autour de six thématiques :

  • Représentation des maladies dans les traditions culturelles en Guyane. Télécharger la présentation et la synthèse
  • Inégalités d’accès aux soins sur le territoire. Télécharger la présentation et la synthèse
  • Mixité des itinéraires thérapeutiques entre systèmes traditionnels et biomédicaux. Télécharger la présentation et la synthèse
  • La médiation en santé. Télécharger la présentation et la synthèse
  • Phytothérapies, aspects pharmacologiques, toxicologiques et interactions médicamenteuses. Télécharger la présentation et la synthèse
  • Vers quelle santé communautaire pouvons-nous aller en Guyane ? Télécharger la présentation et la synthèse

Le contenu de chaque atelier a ensuite été présenté et discuté en plénière.

Au-delà de l’état des lieux de la recherche en santé sur le territoire, il s’agissait bien de proposer des perspectives concrètes à mettre en œuvre pour répondre aux enjeux mentionnés préalablement. Et les idées n’ont pas manqué avec entre autres propositions :

  • L’animation de groupes de travail sur des thématiques particulières comme la recherche en psychologie
  • La mise en place d’un cycle de conférences sur les différents rapports à la santé au sein des cultures de Guyane
  • L’organisation d’un colloque sur la santé communautaire en Guyane d’ici à 2020
  • Le renouvellement de l’évènement avec présentations des travaux de recherches en sciences humaines et sociales en lien avec la santé pour l’année prochaine
  • La création et l’animation d’une base de données bibliographiques sur les recherches en santé du territoire

Le temps d’échanges en atelier a aussi permis d’identifier les freins à la mise en place d’actions de recherche, notamment, l’inadaptabilité des possibilités de financements a été soulevée. On peut cependant espérer que la présence d’une grande diversité d’acteurs à ce workshop (financeurs, organismes de recherche, professionnels de médecines biomédicale et traditionnelle locale), impliqués à différentes étapes de la production de la recherche, participera à la mise en place d’une réflexion pouvant dépasser les obstacles identifiés.

En annexe du workshop, trois des invités, Nicolas Vonarx, Marc-Alexandre Tareau et Pierre Champy étaient les invités de l’émission Coin des Jeunes de Radio Rossignol le mercredi 12 décembre 2018. Interrogés par l’animateur Judson Joseph Joseriel, dit 3J, et Priscilla Thébaux, chargée de projet à GPS, ils ont discuté autour de l’ouvrage de Nicolas Vonarx intitulé « Le vodou haïtien entre médecine, magie et religion ».

Télécharger l’enregistrement de l’emission (mp3 70 Mo)

Cette action a pu être réalisée grâce au support financier de l’ARS, du Parc Amazonien de Guyane, de l’Organisation Mondiale de la Santé et du GIS Irista.

Article par Priscilla THEBAUX, chargée de projet GPS