Rapport « Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française : 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux-être »

Télécharger le rapport complet : ici

http://machapdelaine.fr/wp-content/uploads/2015/09/CPc1Xx4WsAAk8Rh.jpgAu mois d’avril 2014, Aline Archimbaud avait interrogé la Ministre de l’Outre-mer sur le surtaux de suicides en Guyane, 10 à 20 fois plus élevé qu’en métropole, notamment parmi les jeunes. Le Premier Ministre a donc souhaité, dans le cadre de cette mission, comprendre les raisons de cette situation afin de déployer rapidement en Guyane des mesures d’accompagnement susceptibles de prévenir de tels drames humains. Par un décret paru fin mai au Journal Officiel, le Premier Ministre a confié une mission parlementaire conjointe à Mesdames Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Marie-Anne Chapdelaine, Députée d’Ile-et-Vilaine, sur la situation des communautés amérindiennes de Guyane, cette mission devant être effectuée auprès de Madame George Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer.

La lettre de mission prévoyait pour ce faire que soit mené par les deux parlementaires un bilan des actions spécifiques menées sur place, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé. En lien avec les acteurs locaux, cette mission appelait par ailleurs une prise en compte de la spécificité guyanaise, notamment en termes d’atteintes portées aux milieux naturels ou de contraintes économiques et budgétaires. Une réflexion était également attendue sur des propositions d’évolutions institutionnelles intégrant les spécificités des populations amérindiennes, et sur le renforcement du rôle du Conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinenge (CCPAB).

Le rapport « Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française : 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux-être » a été remis mardi 16 décembre par Mesdames Archimbaud et Chapdelaine à Madame George Pau-Langevin.

[… à 7000 kilomètres de Paris, sur une terre guyanaise qui porte les exploits européens de la conquête spatiale, un drame stupéfiant, récurrent, et indigne d’un pays moderne, se joue dans le silence le plus complet. Des jeunes adolescents, presque des enfants, se donnent la mort de façon parfois atroce, au point que l’on peut parler sans exagération « d’épidémie de suicides ».
Notre responsabilité de parlementaires est de dire que cette situation, insupportable, doit cesser. Au gouvernement qui a eu le courage de nous confier cette mission, nous confirmons qu’il est temps et possible de mettre fin à ce scandale. La France s’honorera de le faire, en allant aux causes de ces malheurs, et en agissant dans la durée…] – Extrait de la préface du rapport de Mesdames Aline Archimbaud et Marie-Anne Chapdelaine


Opinions 1ère / Aline Archimbaud by la1ere

A l’issue de 6 mois de travaux et auditions, elles ont souhaité présenter leurs propositions par ordre de priorités et sur chacun des champs de leur sujet : éducatif, sanitaire, institutionnel… Loin de considérer que leur mission s’arrêtait là, elles ont insisté sur la qualité des échanges entrepris – tout particulièrement avec les Amérindiens – et leur détermination à porter les solutions préconisées.

Propositions prioritaires
Proposition n°1 : Renforcer le dispositif de prise en charge psychiatrique des personnes en crise suicidaire, des membres des familles et communautés impactées par un suicide
Proposition n°2 : Elaborer, en s’appuyant sur les forces vives des communautés amérindiennes et notamment sur les femmes et les jeunes, un programme de santé communautaire, incluant les questions de santé mentale, dont la mise en oeuvre devra être confiée à une équipe pluri-disciplinaire, incluant des ethnopsychiatres, comportant les partenaires locaux de ces programmes.
Proposition n°3 : Elaborer, en s’appuyant sur les forces vives des communautés amérindiennes, un programme communautaire de soutien à la parentalité.
Proposition n°4 : Développer des politiques vigoureuses de lutte contre les addictions (alcool surtout mais aussi cannabis et cocaïne).
Proposition n°5 : Renforcer la cellule régionale pour le mieux-être des populations de l’intérieur (CerMePI), lieu de mutualisation des informations, de recherche, de coordination de toutes les parties prenantes sur la question du suicide.
Proposition n°6 : Réaliser enfin dans les villages de l’intérieur les travaux d’infrastructure urgents : eau potable, électricité, réseau téléphonique et internet.
Proposition n°7 : Généraliser les mesures pour l’accès à une collation pour tous les élèves des écoles et des collèges (par un programme spécifique et prioritaire).
Proposition n°8 : Régler la question du logement des lycéens amérindiens en poursuite d’étude sur le littoral de façon générale, en particulier en organisant l’ouverture des internats le weekend.
Proposition n°9 : Reconnaitre les cultures et les langues amérindiennes en Guyane.
Proposition n°10 : Créer un fonds de soutien public – privé (une fondation) pour développer des possibilités d’activités dans les villages notamment pour les jeunes en luttant ainsi contre leur désœuvrement.
Proposition n°11 : Garantir une offre régulière et abordable de transport par pirogue sur les deux grands fleuves frontières.
Proposition n°12 : Former des cadres amérindiens
Proposition n°13 : Former et soutenir les agents des services publics en place
Proposition n°14 : Mobiliser les connaissances ancestrales immenses des Amérindiens concernant la forêt pour la sauvegarder et y développer des activités durables : recherche en biodiversité, éco-tourisme, entretien, surveillance, exploitation durable etc.
Proposition n°15 : Transformer le CCPAB en Grand Conseil coutumier.
Proposition n°16 : Organiser, au moins une fois par an, un point d’étape systématique au cours duquel l’ensemble des acteurs institutionnels, élus, chefs coutumiers, et acteurs de la société civile feront le point sur l’avancée des propositions faites par notre mission.

Propositions complémentaires en matière de santé
Proposition n°17 : Médicaliser le poste de santé de Talhuen.
Proposition n°18 : Reconstruire le centre de santé de Camopi, en y intégrant les locaux nécessaires à l’antenne du CMP.
Proposition n°19 : Examiner la faisabilité d’une révision de la stratégie de prise en charge des femmes enceintes dans les communes les plus isolées.
Proposition n°20 : Affecter des assistantes sociales hospitalières dans les centres de santé.
Proposition n°21 : Mutualiser et coordonner l’offre de soins dans les bassins de vie transfrontaliers, y compris avec les acteurs de la santé surinamais et brésiliens.
Proposition n°22 : Faciliter les procédures d’ouverture et de renouvellement des droits à l’assurance maladie, proposition déjà formulée dans un rapport de l’IGAS d’avril 1998, afin de permettre d’envisager, de façon progressive, la fin de l’apparente gratuité des soins.
Proposition n°23 : Protéger les femmes des violences qui leur sont faites.
Proposition n°24 : Refondre les dispositifs de signalement et de prise en charge de l’enfance en danger.
Proposition n°25 : Consolider et étendre à toutes les zones amérindiennes de l’intérieur le réseau de médiation sociale et culturelle déjà initié par des associations.
Proposition n°26 : Encourager la diversification alimentaire, pour réduire la contamination mercurielle et remédier à l’appauvrissement des ressources de gibier, sans accentuer la part des nourritures transformées industrielles.
Proposition n°27 : Engager un programme de dépistage et d’évaluation des troubles de croissance et des troubles neurosensoriels du nourrisson et du jeune enfant5, liés aux toxiques (alcool, mercure), avec l’appui scientifique de la mission stratégie et recherche du ministère de la Santé.

Propositions complémentaires en matière d’éducation et de formation
Proposition n°28 : Créer un lycée à Maripasoula ; un « mini-collège » en pays wayana ; une solution supplémentaire pour Trois sauts, en pays Wayampi.
Proposition n°29 : Consolider le dispositif des Intervenants en Langue Maternelle en zones amérindiennes.
Proposition n°30 : Aménager les rythmes scolaires pour favoriser l’apprentissage et le maintien des savoirs traditionnels.
Proposition n°31 : Utiliser les possibilités offertes par le Régiment de service militaire adapté (RSMA).
Proposition n°32 : Favoriser les expérimentations du type de celle de Trois palétuviers.

Propositions complémentaires en matière d’accès aux droits
Proposition n°33 : Ré-ouvrir immédiatement la mission locale pour l’emploi de Maripasoula afin de soutenir les jeunes porteurs de projets.
Proposition n°34 : Etendre à toutes les zones où vivent les Amérindiens une cellule administrative de soutien pour pallier les carences de tous ordres, et créer une maison des services publics à Maripasoula.

Propositions complémentaires en matière  de réformes institutionnelles
Proposition n°35 : Etudier la proposition de création d’une commune indépendante de Maripasoula sur la zone du Haut-Maroni.
Proposition n°36 : Repenser l’administration préfectorale des communes de l’intérieur.
Proposition n°37 : Faciliter les procédures existantes concernant le foncier.