Retour sur le séminaire sur la leptospirose en Guyane

Le Centre Hospitalier Andrée Rosemon, l’Agence Régionale de Santé Guyane et la Cellule d’intervention en région (Cire) Antilles Guyane de Santé Publique France ont organisé vendredi 9 septembre 2016 au Centre Hospitalier Andrée Rosemon à Cayenne le séminaire de travail consacré à la Leptospirose en Guyane. Ce séminaire réunissait les acteurs régionaux et nationaux concernés par ce sujet.

La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier, dite zoonose car touchant à la fois l’homme et les animaux. Ses principaux réservoirs sont les rongeurs, en particulier les rats, qui excrètent la bactérie dans leurs urines. Chez l’homme, la maladie est souvent bénigne, révélée alors par une fièvre et des douleurs diffuses. Mais elle peut évoluer vers des formes graves avec notamment des atteintes rénales, hépatiques, pulmonaires et neurologiques pouvant mettre en jeu le pronostic vital dans 5 à 20% des cas.

En France, la leptospirose humaine n’est pas une maladie à déclaration obligatoire. Aussi, peu de données sont disponibles, en dehors de celles diffusées chaque année par le Centre National de Référence des Leptospires (CNRL). Cependant, les indicateurs disponibles sur la leptospirose pour la période 2002-2008 avaient mis en évidence que l’impact sanitaire de cette maladie aux Antilles était plus important que celui observé en France métropolitaine.

Une étude menée aux Antilles en 2011 a mis en évidence une très forte incidence de la leptospirose dans ces territoires, 3 à 4 fois plus fréquente que ce qui était jusqu’alors recensé, résultat qui a conduit à la prise en charge du diagnostic par biologie moléculaire (PCR) par l’assurance maladie en 2011 et à la mise en place d’un dispositif intégré de surveillance, prévention et contrôle de la maladie aux Antilles.
Au vu des résultats antillais et après réflexion commune entre les différents acteurs de santé locaux, il a été décidé d’initier une démarche semblable sur le territoire guyanais.

Le séminaire, qui s’est tenu le 9 septembre en Guyane, a ainsi permis de définir et de prioriser les futurs axes de travail sur cette thématique :

  • Mieux connaître l’épidémiologie de la leptospirose humaine en Guyane (estimation de l’incidence réelle, répartition spatio-temporelle, description des formes cliniques et la gravité, description des souches circulantes chez l’homme) ;
  • Étudier les déterminants de la maladie et en déduire les groupes à risque et les facteurs d’exposition ;
  • Développer des outils et stratégies diagnostiques adaptés aux sites de consultation ;
  • Mesurer l’impact chez la femme enceinte : part de la leptospirose dans les fausses couches ;
  • Mieux connaître le rôle de la faune sauvage et d’élevage dans la transmission (étude chez les rats et les souris, autres réservoirs potentiels) ;
  • Étudier l’impact de la leptospirose dans la faune sauvage et d’élevage.

Les participants au séminaire recommandent également qu’une réflexion soit menée sur les actions de gestion à mettre en œuvre.
La publication d’un Bulletin de Veille Sanitaire consacré à la leptospirose est prévue début 2017. Il présentera la synthèse des travaux réalisés au cours du séminaire.

Communiqué de l’ARS Guyane, du Centre Hospitalier de Cayenne et de Santé Publique France en date du 27 septembre 2016