Le service sanitaire au service de la prévention en Guyane

L’instauration d’un service sanitaire pour tous les étudiants en santé s’inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) dont le premier axe est de mettre en place une politique de promotion de la santé.

Le service sanitaire vise à initier tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire et à permettre la réalisation d’actions concrètes de prévention primaire par les étudiants en santé. Il contribue également à favoriser l’interprofessionnalité et l’interdisciplinarité entre les étudiants en santé des différentes filières de formation, notamment par la réalisation de projets communs. Enfin le service sanitaire constitue un vecteur de lutte contre les inégalités territoriales et sociales en santé.

A qui s’adresse le service sanitaire ?

Le service sanitaire fait partie de la formation initiale des futurs professionnels de santé. Il est obligatoire dans tous les cursus des étudiants en santé. Pour la rentrée universitaire 2018-2019, sont concernés à l’échelle nationale environ 50 000 étudiants dont les étudiants infirmiers, les étudiants en médecine, en pharmacie, en odontologie, en maïeutique et en kinésithérapie.

Comment s’organise le service sanitaire ?

Le service sanitaire se déroule sur 3 mois à mi-temps (ou six semaines à temps plein ou 60 demi-journées, selon l’organisation retenue). Ce temps de formation dédié à la prévention primaire porte sur la promotion de comportements favorables à la santé. Il vise à la réalisation d’actions en direction d’un public cible, sur les thématiques répondant à un besoin de prévention primaire, identifié dans les territoires.

Le service sanitaire comporte la préparation de l’action de prévention, la réalisation de l’action de prévention, le retour d’expérience et l’évaluation de l’action. Les actions de prévention se déroulent dans les lieux agréés par l’université ou l’institut de formation, en lien avec les acteurs concernés. Elles interviennent en appui ou en complémentarité des actions probantes dans les structures d’accueil.

Les stages des étudiants en santé se déroulent dans des lieux diversifiés et sont adaptées au public visé. Les interventions dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités sont encouragées car ces lieux participent à la politique nationale en matière de prévention et d’éducation à la santé, et de lutte contre les inégalités sociales. Les entreprises, en lien avec les services de santé au travail, ainsi que les administrations, les établissements de santé et médico-sociaux, les structures d’accompagnement social (crèche, PMI, etc…), les lieux de prise en charge judiciaire et les lieux de privation de liberté constituent également un enjeu majeur.

L’enjeu est tant celui de la formation des futurs professionnels de santé que celui de la facilitation d’un travail où différents acteurs de santé sont amenés à intervenir dans le parcours de prise en charge d’un patient, de façon coordonnée.

Quelles sont les thématiques abordées ?

Les thématiques des actions de prévention s’inscrivent dans le cadre des priorités de santé nationales et régionales. La SNS 2018-2022 prévoit la mise en place d’une promotion de la santé, incluant la prévention, dans tous les milieux et tout au long de la vie. Pour la rentrée universitaire 2018-2019, les quatre thématiques privilégiées au niveau national sont : l’alimentation, l’activité physique, les addictions (alcool, tabac, cannabis et autres drogues), ainsi que l’activité et la vie sexuelle. D’autres thématiques peuvent être proposées localement, en tenant compte d’initiatives existantes ou de priorités identifiées.

Le service sanitaire en Guyane

copil-ssEn Guyane, un premier Comité de Pilotage a eu lieu le 16 octobre 2018. Les différentes instances (CTG, ARS, Rectorat, CRSA, SSA, IFSI et Université) se sont entendues sur les missions du Comité régional et ont convenu des modalités de mise en place du service sanitaire sur le territoire.

Le service sanitaire concerne pour la rentrée universitaire 2018-2019 les soixante étudiants de deuxième année de l’école d’infirmiers de Guyane.

Les thématiques d’intervention choisies, en lien avec les priorités locales et le Plan Régional de Santé, sont : la nutrition, l’addiction (écrans et alcool), la santé sexuelle et reproductive, l’hygiène de vie, les maladies vectorielles et l’accidentologie (vie courante et accidents de la voie publique).

Les étudiants infirmiers seront formés aux enjeux de la prévention primaire et mettront en place des actions auprès des établissements d’enseignement primaires et secondaires du Rectorat. Ils bénéficieront d’un appui méthodologique de Guyane Promo Santé, et d’un double encadrement par leur responsable pédagogique de formation rattaché à l’IFSI et du référent de leur stage d’accueil (infirmier scolaire, éducateur, etc…).

 Bibliographie

Site internet de Santé Publique France
Le rapport du Professeur Loïc Vaillant « Mise en œuvre du service sanitaire pour les étudiants en santé » – pdf  2,3 Mo