Alimentation en Guyane : ethnobotanique des peuples premiers d’Amérique

Publié le : 24 mars 2022
Rubrique : Actualité

Après l’étude sur la Souveraineté et sécurité alimentaires des familles du Haut-Maroni, et les propositions pour l’intégration de produits locaux en restauration scolaire en Guyane de l’Ouest, nous étoffons notre série de publications sur l’alimentation en Guyane par le témoignage de Michel Rapinski, un ethnobotaniste qui étudie l’impact de l’alimentation et des médecines locales sur la santé et le bien-être des diabétiques, à partir d’études réalisées auprès de populations autochtones du Québec et de Guyane française. Sa thèse est réalisée en co-tutelle entre l’Université de Montréal et l’Université de Guyane.

Les Peuples autochtones à travers le monde sont disproportionnellement touchés par le diabète. Parmi ces peuples, les Cris d’Eeyou Istchee et les Pekuakamilnuatsh au Québec (Canada), ainsi que les Parikwene en Guyane française, recourent à leurs médecines locales pour soigner cette maladie. En 173 entrevues semi-dirigées, 208 participants  – venant de ces communautés et/ou travaillant dans leurs services de santé -, ont décrit ces médecines. Une méthode de recherche mixte, combinant des analyses thématiques à des statistiques multivariées, est développée pour analyser ces descriptions.

Ces analyses ont montré que les participants cris, ilnu et parikwene décrivent leurs médecines en lien avec le diabète, tant par les différents éléments du monde naturel, que les pratiques et coutumes locales qui en découlent, ou encore par les concepts les liant au territoire. Les pharmacopées à bases animale et végétale font parties des thèmes les plus discutés. Plus de 381 espèces (109 animaux, 267 plantes, cinq lichens et champignons) lient les systèmes médicinales et alimentaires ensemble, via des notions associées au bien-être ou aux propriétés organoleptiques. Au Québec, là où la population autochtone est plus impliquée dans les services de santé, il existe un rapprochement de la description des médecines locales entre le secteur de la santé et ses usagers.

De façon générale, la place de l’alimentation dans les médecines locales ne peut être négligée dans le contexte du diabète. De plus, ces médecines sont indissociables du territoire qui offre un espace de guérison, de subsistance, et de continuité culturelle. Cela renvoie, in fine, à des questions importantes sur la reconnaissance des droits autochtones et des droits fonciers.

Michael Rapinski au Concours ‘Ma thèse en 180 secondes’ en 2018

 

       logo-LEEISA   logo-udem

 

Résumé rédigé par le LEEISA, Interview réalisée par Guyane Promo Santé.

Les autres actualités

Diagnostic de la prostitution en Guyane

Diagnostic de la prostitution en Guyane

Articles

Lancement du dispositif de location solidaire

Lancement du dispositif de location solidaire

Articles

Agenda

Les rencontres de l’IFAC 2022

Les rencontres de l'IFAC 2022

Agenda

17 novembre 2022

Communication non-violente – Entre Ciel & Terre

Communication non-violente - Entre Ciel & Terre

Agenda

15 novembre 2022

Share This
M