Entrée en action de l’Agence Nationale de Santé Publique le 1er mai 2016

L’ANSP (Agence nationale de santé publique), issue de la fusion de l’InVS (Institut de veille sanitaire), de l’INPES (Institut nationale de prévention et d’éducation à la santé) et de l’Eprus (Établissement de préparation aux urgences sanitaires), sera mise en service le 1er mai 2016. L’ordonnance créant cette nouvelle agence a été publiée au Journal officiel le 15 avril 2016. La création de cette agence était prévue par l’article 166 de la loi de modernisation de notre système de santé.
Cette création permet de rassembler les missions des trois établissements au service de la population et des autorités sanitaires afin de mieux connaître, expliquer, préserver et protéger l’état de santé des populations.  Elle sera capable d’intervenir sur l’ensemble du champ de la santé publique, de la production de connaissance à l’action de prévention ou à la réponse à une situation de crise.

Six missions, listées dans l’ordonnance et qui correspondent à celles exercées aujourd’hui par l’InVS, l’INPES et l’Eprus, sont confiées l’ANSP :

  • l’observation épidémiologique et la surveillance de l’état de santé des populations ;
  • la veille sur les risques sanitaires menaçant les populations ;
  • la promotion de la santé et la réduction des risques pour la santé ;
  • le développement de la prévention et de l’éducation pour la santé ;
  • la préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires ;
  • le lancement de l’alerte sanitaire.

Le futur directeur de l’agence sera nommé par décret pour une période de trois ans. Par ailleurs, l’agence sera gouvernée par quatre instances (et non pas sept collèges comme le prévoyait initialement le texte de loi) : un conseil d’administration, un conseil scientifique, un comité de déontologie et un comité d’orientation et de dialogue avec la société, associant des représentants de la société civile, des professionnels de santé et des usagers du système de santé, aux côtés des représentants de l’État, de l’Assurance-maladie, et des partenaires institutionnels.

L’ANSP sera subventionnée en partie par l’État, par des organismes mutualistes, par l’Union européenne ou des organismes internationaux, par une dotation de l’Assurance maladie, ainsi que par des emprunts, des taxes et des redevances.

La création de l’ANSP est l’opportunité de créer un centre de référence et d’excellence, fondé sur une expertise et une parole scientifique incontestables, à l’image des Centers for Disease Control and Prevention, du Public Health England ou encore de l’Institut national de santé publique du Québec. [ Compte rendu du Conseil des ministres du 13 avril 2016 ].

Rendez-vous les 7 et 8 juin 2016 aux premières Rencontres de Santé publique France

En 2016, les « Journées de la prévention et de la santé publique » deviennent les « Rencontres de Santé publique France ». La 1ère édition de ces rencontres 2016 se déroulera les 7 et 8 juin 2016 au Centre universitaire des Saints-Pères (Paris, 6e).
Le programme des deux journées est le fruit du rapprochement de l’Inpes, l’InVS et l’Eprus et des intervenants des trois agences mais aussi des intervenants externes, français ou étrangers se relaieront pour traiter de sujets d’actualité riches et variés.

Au programme des différentes sessions : la promotion de la santé à l’école, les indicateurs de santé, les situations sanitaires exceptionnelles (avec le témoignage de Public Health England), la résistance aux antibiotiques, les inégalités sociales et territoriales de santé, la vaccination, le Zika, l’intérêt des big data dans les domaines de la prévention et de l’épidémiologie, les risques professionnels, l’implication des médecins généralistes dans la surveillance, la prévention et la réserve sanitaire, le changement climatique, la méthode du repérage précoce et de l’intervention brève appliquée à l’alcool, les politiques des villes concernant la santé de leurs habitants (santé environnementale), les régimes alimentaires particuliers (sans gluten, sans produits laitiers, etc.) du point de vue de la médecine, de la socio-anthropologie et du marketing, etc.

En savoir plus sur les 1ères Rencontres

Mis à jour le 3 mai 2016 à 14:11