Promouvoir la santé des élèves par le renforcement des CPS : entretien avec l’assistante de Service Social du collège de Mana

L’OMS a défini les compétences psychosociales (CPS) comme « la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien-être mental, en adoptant un comportement approprié et positif à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement. »

Ces compétences, essentielles et transculturelles, sont étroitement liées à l’estime de soi et au vivre-ensemble. Ces fondements des valeurs laïques et républicaines de l’École sont, plus que jamais, à réaffirmer.

L’Académie de Guyane développe depuis plusieurs années des programmes de renforcement des Compétences Psychosociales tant dans le premier que dans le second degré. Des équipes formées et accompagnées par des partenaires associatifs et institutionnels locaux, en particulier Guyane Promo Santé, mènent des actions auprès des élèves.

Entretien avec Mme Dabrigeon, Assistante de Service Social au Collège Léo Othily de Mana et formatrice académique en Compétences Psychosociales

Qu’est-ce qui a motivé votre démarche ?

A l’origine la problématique repérée était la difficulté des élèves à gérer les relations interpersonnelles et de groupe sur les questions de la différence et à l’exprimer avec des comportements irrespectueux d’autrui et non adaptés dans le cadre scolaire.

Il est certain que l’entrée au collège exacerbe les questions autour des différences d’origine, de culture, de genre, qui peuvent amener à des attitudes agressives et rendre les échanges difficiles. Les jeunes sont parfois en difficulté pour repérer (en eux, chez l’autre), pour nommer des émotions, ce qui génère des tensions internes jusqu’au comportement agressif, non respectueux sans que la « victime » soit la cause du trouble.

La mise en place d’ateliers collectifs autour des compétences psychosociales nous ont semblé être une réponse pertinente à cette problématique.

A qui s’adressent ces séances de renforcement des CPS, comment sont-elles mises en œuvre ?

Nous avons choisi de nous orienter vers les nouveaux arrivants dans le collège, soit le niveau des 6ème. En partenariat avec la Maison des Adolescents de Saint-Laurent du Maroni et dans le cadre du CESC, nous proposons ce programme autour du renforcement des compétences psychosociales depuis 2017. Les ateliers durent environ 2h. Nous nous appuyons sur les outils et supports proposés par l’ IREPS des Pays de la Loire dans leur cartable des compétences psychosociales .

Comment s’est passée cette rentrée ?

Pour cette nouvelle année, nous avons décidé de poursuivre ce qui avait été imaginé pour l’année précédente en ciblant les élèves de 6ème et en y associant l’ensemble de leurs professeurs principaux qui ont tous adhéré. En tant que formatrice, j’ai pu sensibiliser quelques personnels volontaires de mon établissement.

En sus du travail de représentation, d’intégration et de verbalisation des émotions et au vu du contexte actuel nous avons également mis en œuvre des ateliers de renforcement des CPS et des échanges autour du confinement et du vécu émotionnel de cette période.

Quel bilan faites-vous de ces premières années ?

Le bilan nous a permis de constater une grande disparité de maturité, une entrée inégalitaire dans l’adolescence.

Cette démarche s’est avérée pertinente pour améliorer le vivre ensemble en milieu scolaire. Ces ateliers ont permis d’établir une relation de confiance plus immédiate entre les personnels et les élèves concernés. C’était un gain de temps dans la relation d’aide pour ceux qui vivent dans des situations familiales et sociales compliquées.

Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

Afin que ce travail autour du renforcement des compétences psychosociales s’inscrive dans un environnement plus global et plus porteur nous souhaiterions sensibiliser l’ensemble du personnel de l’EPLE par le biais d’une formation d’initiative locale. Nous souhaiterions également pouvoir impulser des ateliers complémentaires en 5ème, 4ème et 3ème afin que l’ensemble des collégiens puissent en bénéficier. Enfin nous voudrions associer les parents d’élèves de manière à ce qu’ils soient sensibilisés aussi.

Si vous deviez transmettre un message aux personnels de l’Éducation Nationale, quel serait-il ?

J’invite l’ensemble des personnels quelle que soit leur fonction à solliciter le Pôle Santé du Rectorat ou Mme Kazanji, Chargée de Mission Valeurs de la République et Laïcité, également référente CPS au Rectorat, afin de bénéficier des formations ou d’un accompagnement sur les projets.  Les formations permettent d’acquérir des connaissances et compétences mais également de créer une vraie cohésion d’équipe dont nous avons besoin.

Les CPS, renforcées dès le plus jeune âge contribuent à l’amélioration du climat scolaire et  représentent un levier en terme de promotion de la santé. En ces temps difficiles, ces initiatives sont fondamentales.

Article rédigé par Louise Vuylsteker – Chargée de mission SSR Pôle Santé du Rectorat de l’académie de Guyane

Mis à jour le 5 février 2021 à 15:59