Une formation alimentation gratuite pour les Taties

Publié le : 1 décembre 2016
Rubrique : Actualité

En Guyane 15% des enfants de 5 à 14 ans sont en surpoids ou obèses. Cette prévalence augmente à 1 enfant sur 4 dans les familles en situation de précarité. Le diabète concerne 6% de la population régionale contre 3% en métropole et l’hypertension artérielle touche 18% des guyanais, y compris les jeunes.

Pour prévenir ces affections liées aux changements apportés à nos modes de vie, notamment en termes d’alimentation et de sédentarisation, l’éducation pour la santé est particulièrement indiquée c’est pourquoi Guyane Promo Santé en partenariat avec la Direction de l’Agriculture de l’Alimentation et de la Forêt, l’Agence Régionale  de Santé et la Mairie de Cayenne, déploient un projet d’enquête et de formation à destination des « taties » de la ville de Cayenne.

Pénurie de places en réfectoires

En Guyane, deux tiers des enfants ne bénéficient pas de mode de restauration adaptés faute de structures. En effet, même s’il existe un système de restauration scolaire en primaire (principalement sur le littoral), le territoire est très largement déficitaire en modes de garde et de cantines pour les enfants d’âge scolaire.

Selon l’enquête Nutriel (2009), seulement 33 % des enfants âgés de 7 à 10 ans du littoral ont une place à la cantine (soit 20,8% pour l’ensemble du territoire). A Cayenne, seulement 50% des enfants scolarisés fréquentent la restauration scolaire municipale (environ 5 000 enfants). De nombreux collèges et lycées n’ont aucun système de restauration scolaire, les jeunes devant acheter eux même un encas dans les épiceries alentour.

La fonction de « Tatie »

Pour pallier à ce déficit en offre de restauration collective, de nombreuses familles sont dans l’obligation de faire appel à des modes de garde alternatifs. Le nombre d’assistantes maternelles agréées n’étant pas suffisant et les structures de services à la personne très peu développées, les parents font donc fréquemment appel à un mode de garde informel chez l’habitant, « les taties », qui offrent des repas à bon prix, mais sans qu’aucune vérification sur les qualités hygiéniques et nutritionnelles des repas et conditions de garde soit garantie.

De surcroît, le statut informel de cette activité ne permet pas une connaissance exhaustive de son organisation, des modalités d’accueil, ni des besoins.

 Cette situation, qui n’est pas nouvelle, est spécifique au territoire guyanais. La croissance démographique est un réel challenge pour les collectivités. Elles n’ont pas les capacités financières et foncières pour construire de nouvelles cantines ou agrandir les réfectoires existants.

L’ensemble des particularités de la Guyane et des difficultés rencontrées obligent à repenser la santé publique et à innover dans tous les domaines. A défaut de pouvoir créer rapidement des structures répondant aux besoins de la population dans des délais raisonnables, il est aujourd’hui envisagé d’utiliser les modalités existantes qui répondent aux besoins des familles (à savoir les « taties »), mais de les faire évoluer vers la qualité et de réfléchir à comment les engager dans une démarche de professionnalisation.

 Pour ces raisons, GPS travaille actuellement à la réalisation d’un état des lieux de l’existant dans les quartiers prioritaires de Cayenne. Cet état des lieux constitue la première étape du projet. L’enquête a débuté mi-Octobre 2016 afin de chiffrer cette activité économiquement, de cerner en partie les caractéristiques socioculturelles des « taties », leurs connaissances en alimentation, santé ou hygiène. Les premiers lieux ciblés sont les écoles maternelles et primaires, privées ou publiques de Cayenne, l’objectif étant de pouvoir ensuite déployer le même processus sur l’ensemble des communes de Guyane.taties2C’est à la suite de la passation d’un questionnaire, que sera proposée à chacune des taties ayant accepté de répondre, une formation gratuite sur l’équilibre et l’hygiène alimentaire animée par des professionnels (diététiciens, cuisiniers, nutritionnistes…).
A l’issue des trois mois d’enquête prévus, l’analyse des données relevées permettra de mettre en lumière l’existant en matière de restauration et des besoins répertoriés tant du coté des parents que des « taties ».

En savoir plus :

Barbara Gontier
Guyane Promo Santé
0594 30 86 39
b.gontier@gps.gf

Les autres actualités

Diagnostic de la prostitution en Guyane

Diagnostic de la prostitution en Guyane

Articles

Lancement du dispositif de location solidaire

Lancement du dispositif de location solidaire

Articles

Agenda

Les rencontres de l’IFAC 2022

Les rencontres de l'IFAC 2022

Agenda

17 novembre 2022

Communication non-violente – Entre Ciel & Terre

Communication non-violente - Entre Ciel & Terre

Agenda

15 novembre 2022

Share This
M